Soup Joumou

La soupe au giraumon couramment appelée soup joumou est inscrite sur la liste des biens immatériels de l’organisme international l’UNESCO. Pour l’histoire, on dira que c’est une recette composée de citrouille, de légumes, de plantains, de viande, de pâtes et d’épices. Celle-ci a été à l’origine exclusivement réservée aux patrons, les propriétaires d’esclaves, préparée par des haïtiens qui n’étaient jamais autorisés à la manger. Le goût de l’interdit a fait surgir un élan de liberté acquise qui a conduit à consommer le fruit défendu. La liberté ayant levé l’interdit, les haïtiens ont pris possession de la soupe Joumou dès la proclamation de leur indépendance de la France en 1804.

Quel message peut-on tirer de cet événement au-delà de l’inscription par l’UNESCO de ce symbole d’appropriation de liberté des colons français? Il est un fait que cela peut représenter une occasion d’affaire quand on connaît l’état de la situation économique du pays. On peut y voir des possibilités d’investissements en Haïti qui peuvent mener à une commercialisation internationale ou encore, s’il n’y a pas d’interdiction ou de brevet, voir proliférer le nom et l’article sous d’autres cieux, ce qui a déjà été vu dans d’autres occasions avec d’éventuelles retombées sur l’usage du nom. Soup joumou dayiti pourrait devenir un nom commercial etc.

Un autre volet et il peut y en avoir plus, c’est la fenêtre qui s’ouvre sur la désignation du produit, son origine et l’aspect culturel qu’il enveloppe: soup joumou, écrit en créole donc produit créole, un attrait de plus pour susciter un intérêt sur la culture créole. Y a-t-il d’autres choses que  »nous » ignorons de ces créoles? Ce que pourraient s’interroger plus d’uns venant de partout.Voilà! Nous abordons un autre volet qu’il faut creuser et là dedans nous jetons un regard sur toutes les manifestations culturelles autour du créole en passant par la promotion de livres écrits en créole, de théâtre en créole, de la musique, des arts etc. La promotion du créole, une tâche qui est accrochée à un organisme logé à Montréal qui a des tentacules internationales, le KEPKAA comme plusieurs autres, devraient se jeter dans l’arène comme ont commencé à le faire d’autres personnes et d’autres groupes qui sont légions sur la toile.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.