Le créole ! Nous en sommes fiers

Que de pleurs, que de larmes ont coulé pour camper ce monument. Trois siècles se sont écoulés pour germer ce fruit qui a éclos dans toute sa splendeur. De hauts faits d’armes glorieux et ensanglantés ont été perpétrés par des hommes et des femmes, ces nègres d’Afrique déracinés d’un peu partout de cet énorme continent et conduits malgré eux sur des terres inconnues pour accomplir de sales besognes au prix de leur sang. Ils ont érigé par leur intrépide courage un noble outil, le créole, qui leur a permis de vaincre l’envahisseur.

Le créole a ouvert la voie à l’échange, la convergence des luttes et cela leur a permis d’étonner le monde en inscrivant une écrasante victoire face à un empire européen qui était loin de s’attendre à essuyer une écrasante défaite face à ces esclaves noirs que cet empire considérait comme moins que rien, destinés à servir et même incapables d’avoir une âme dans un corps tout noir tel que l’avait déclaré le Vatican et des écrivains français encore jaloux. C’était un 18 novembre 1803 que l’histoire a basculé et depuis lors, ce coin de terre qui a marqué la destinée de l’humanité est devenu l’ennemi public.

Le créole qui a rendu possible cet exploit n’avait pas encore atteint ce qu’il devait être. Il transformera ces hommes, ces femmes noirs et leurs descendants en une seule nation sous un même drapeau indépendamment du lieu géographique où ils  se trouvent, en toute harmonie et dans l’unité. C’est le refrain de Martin Luther King et bien d’autres, notre rêve et cela se bâtira à partir du créole, symbole d’unité et de fraternité.

En faisant l’étendard, un cri de ralliement, on se rapproche de la réalisation de ce rêve. Unissons-nous autour du créole et jetons-nous à corps perdu dans la célébration de la 20e édition du mois du créole à Montréal avec KEPKAA.

Walter SCOTT, enseignant

Kreyòl: nou p ap janm wont  pou ou

Nou kriye jistan san sot nan je n pou mete kanpe moniman sa a. Twa syèk gen tan pase depi ti grenn sa a pete gaye tout kote ak tout fòs li. Fanm kou gason pran zam, nèg sa yo, yo te derasine lakay yo, tout kote nan kontinan Lafrik epi mennen ak kòd nan kou tankou bèt, vin sou yon tè byen lwen kote yo pa t janm konnen, pou vin touye tèt travay pou blan pwofite. Kouraj ak imanite pèmèt yo rive mete kanpe yon zouti san parèy yo rele kreyòl, se lang sa ki ede yo goumen epi genyen batay  kont anvayisè yo.

Kreyòl louvri bayè laj pou moun pale ak moun, pou moun mete fòs yo ansanm pou goumen, se sa k fè lemond te sezi wè yo te rive mete atè pi gwo anpi ewopeyen ki pa t panse yo te ka pèdi batay devan esclav nwa yo pa t pran pou anyen, yo di ki fèt pou travay pou blan, bagay ki gen kò ki pa gen nanm tankou jan Vatikan ak ekriven fransè jalou te di l. Se te jou 18 novanm 1803, listwa chavire tèt anba, depi lè sa a ti bout tè sa a ki fè tout moun sou latè vin moun, zòt deklare l lennmi piblik nimewo  en.

Menm lè kreyòl te ede nou reyalize gwo mirak sa a, li poko janm pran plas li merite. Li gen pou l chanje fanm ak gason nwa sa yo ak tout pitit yo, pou rasanble yo, fè yo vin yon sèl nasyon anba yon sèl drapo kèlkeswa kote yo ye sou latè nan lanmou ak tèt ansanm. Menm jan Martin Luther King ak lòt ankò te swete, n ap bati rèv nou ak kreyòl, senbòl linite ak fratènite.

Lè nou kenbe kreyòl nou tankou drapo pou make kote nou ye, n ap rive nan papòt reyalizasyon rèv sa a. An n mete nou ansanm anba drapo kreyòl la epi lage je fèmen nan selebrasyon 20è edisyon mwa kreyòl nan Monreyal ak KEPKAA.

Kredi pou tradiksyon: Edenne Roc

2021-10-05

2 Commentaires

  1. Noah

    Bravo

    Réponse
  2. Ron

    tres beau texte que nous reprendrons le dimanche 31 octobre sur CIUT 89.5FM Toronto

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *